# # #
Voir toutes les actualités

« Independent Living Base » l’agriculture de demain à Sartrouville (78)

equipe ilb

Independent Living Base, c’est le nom de la start-up et du concept de base vie autonome (un « smart container » équipé de technologie de pointe qui permet de produire en continu des aliments frais, variés et de qualité supérieure dans un espace réduit et quelles que soient les conditions climatiques). Créé par Pascal Benveniste, l’entreprise a récemment démarré la phase de test opérationnel de son projet innovant à Sartrouville (78), soutenu par la communauté d’agglomération de Saint Germain Boucle de Seine.

L’inauguration officielle de la base de vie a eu lieu le 5 novembre dernier en compagnie de Madame Alexandra Dublanche, Vice-Présidente de la Région Île-de-France en charge notamment du Développement économique et de l’Attractivité. L’occasion pour les équipes d’Ancoris de faire un point avec le dirigeant accompagné dans le cadre du programme Instituo.

Independent Living Base 78

1/ Pouvez-vous nous présenter le projet Independent Living Base et sa genèse en quelques mots ? 

Nous avons créé en 2014 un concept d’écoquartier entièrement autonome en eau, nourriture, énergie et gestion des déchets, que nous avons finalisé en décembre 2016 après plus d’un million d’euros d’investissement et plus de deux ans d’études. Nos contacts pour développer ce projet en France n’ayant pas abouti, nous avons exporté le concept en Asie avec la mise en place en deux mois, d’un accord avec des décideurs chinois.

Malgré la satisfaction de cette réussite, il demeurait un sentiment de frustration de ne pas être partie prenante dans la finalité et de ne pas voir l’aboutissement de ce projet. Nous nous sommes remis au travail avec un nouvel objectif de miniaturiser le concept en passant d’un écoquartier de 30 hectares à un food container autonome de 100 à 200 m².

Grâce à la mise en place depuis le printemps 2020 d’un conseil scientifique de 1er ordre et à nos 32 collaborateurs (contre 3 en novembre 2019), nous pouvons déployer aujourd’hui la phase opérationnelle de notre projet.

Cette base de vie 100 % autonome produit de la nourriture, récupère et traite l’eau de pluie pour la rendre potable, récupère l’énergie solaire, permet de gérer une partie des déchets grâce à des poules (utiles aussi dans la production alimentaire), utilise le compost dans les jardinières pour renforcer les valeurs nutritives de la terre et enfin bénéficie d’un système de purification des eaux usées.

2/ En quoi l’Agglomération Saint Germain Boucles de Seine a-t-elle pu vous accompagner et faire la différence pour votre projet ? 

Nous avons travaillé pendant plus de trois ans sur le concept de miniaturisation de notre base de vie. Pour continuer à avancer dans ce projet et cette aventure, il fallait que nous puissions tester in-vivo notre concept. Nous cherchions un terrain ou installer notre prototype et au-delà de cela un soutien et un accompagnement des pouvoirs publics.

Nous nous sommes tournés vers Ancoris via le site Pole Implantation Entreprise. Nous avons pu être immédiatement accompagnés par un chargé de mission avec qui nous avons établis un cahier des charges de nos différents besoins (besoin immobilier, recherche d’aide et de subvention, mise en relation avec des investisseurs …).

Quelques jours après, nous avons été recontactés par Carina Charly de l’agglomération de Saint Germain Boucle de Seine. Une solution a rapidement été identifiée sur la commune de Sartrouville, qui met à notre disposition pour une durée d’un an renouvelable un terrain en échange de la redistribution des denrées produites lors de la phase de test à des associations locales.

3/ Comment les collectivités locales peuvent-elles appuyer les entrepreneurs dans leurs projets ? Notamment dans le contexte sanitaire et économique actuel, source d’incertitudes ou d’opportunités.

Il existe de nombreuses manières pour un territoire d’accompagner les entrepreneurs locaux et soutenir l’innovation : 

    • La mise à disposition ou l’aide à l’identification de solutions immobilières et/ou foncière sans quoi les projets ne peuvent voir le jour ;
    • L’accompagnement dans les nombreuses démarches et dans l’identification de nombreux  et variés dispositifs de soutien qui existent ;
    • La mise en relation avec les écosystèmes locaux, qu’il s’agisse de réseaux d’entrepreneurs, des chercheurs et universités, des investisseurs, des organismes bancaires et des différents partenaires publics (Région, Préfecture, Ademe…)
    • La mise en avant médiatique, sur les plateformes papiers et numériques notamment.

 

4/ Quelles sont les prochaines étapes de l’aventure Independent Living Base ? 

Nous poursuivons la phase de test grandeur nature démarrée au début du mois de Novembre. En mars prochain, après la collecte et le traitement des premières data, nous réaliserons notre cinquième levée de fonds depuis novembre 2019. Cette phase de test sera poursuivie pour une durée de 12 à 18 mois.

L’objectif à terme est la production de la quantité de fruits et légumes nécessaire pour 20 à 30 personnes par base de vie.

D’ici deux ans, nous envisageons l’industrialisation du process de montage et d’assemblage grâce à nos futurs partenariats, aussi bien en France qu’à l’étranger (compagnies pétrolières et minières, laboratoires pharmaceutiques, des centres de recherches scientifique, des ONG qui hébergent des réfugiés, des tours opérateurs, des militaires, des collectivités locales dans un objectif de réinsertion et de production de denrées alimentaires locales).

Publié le 25/11/2020

Partager cet article :